Nouveau nom d’oiseau chez Little Cloud : l’Urubu pour planer

Nouveau nom d’oiseau chez Little Cloud : l’Urubu pour planer

Rédigé le 02/18/2020
Rene HASLE

Attention, l'Urubu va planer au dessus de vos têtes !

Je me prononce peu sur les voiles sauf quand je les connais vraiment. C’est le cas de la LITTLE CLOUD Gracchio, une voile que j’apprécie pour ses propriétés qui collent à ma conception du parapente : rapide, précise, ludique, très bon plané, efficace en thermique tout en étant rassurante. Et comme les médias n’en parlent pas ou très peu, je ne peux pas faire autrement que de mettre en lumière cette voile remarquable qu’on utilise pour le vol en thermique, le vol de distance mais aussi pour le soaring grâce à sa vitesse (voir ci-dessous, extrait d’un dernier échange avec un ami).

Et, pour répondre aux pilotes à la recherche d’une voile dans le même esprit mais encore plus perf, Tom Bourdeau nous propose très bientôt l’Urubu… Les heureux propriétaires planeront probablement au dessus de vos têtes !

L’Urubu, la voile qui va jouer dans la cour des homologuées ENC

Jusqu’alors, si vous êtes un pilote qui n’aime pas voler avec une voile dite « standard », faire l’impasse d’un essai de la Gracchio est fort dommage. Une voile XC Sport très aboutie qui, tout en gardant l’esprit des LITTLE CLOUD, illustre la grande expérience de Tom. Depuis de nombreuses années déjà, ses nouveaux designs portent sur des voiles qui ne sont pas conçues seulement pour jouer mais aussi pour planer. Avant celle-ci, il y a eu la Goose et la Gyps… en guise de laboratoire. Apparaît désormais au catalogue, cette nouvelle voile perf qui, je suppose doit suivre la même lignée que la Gracchio, mais avec des performances plus ambitieuses, donc semblables à celles des voiles « EN C ».

Tom Bourdeau place naturellement la LITTLE CLOUD Urubu au dessus de la Gracchio mais elle est, selon lui, « presque aussi accessible* car plus confortable et vraiment tranquille« . Il l’a testée dernièrement à Quixada dans du très fort (+7.5 m/s) : « c’est vraiment relax, ça transmet juste la bonne dose. Je suis étonné à chaque fois que je pose du compromis perf/sérénité/sécu de cette aile« . Je lui ai demandé de faire une petite comparaison par rapport à une Sigma : « Perfs assez similaires je pense, et vu le confort et la sérénité, beaucoup plus relax pour exploiter la machine à fond ! ».

Accessible, qu’entend-t’il par là ? : « L’accessibilité d’une aile est extrêmement liée à son potentiel de perfs. Bien sûr, il y a d’autres paramètres (débattement à la commande, tangage…). Il faut savoir que plus la voile aura un potentiel de performances important, plus elle sera exigeante. C’est un peu comme une voiture ou une moto : si tu fais tes armes sur une moto très puissante, tu risques de te mettre dans le décor car tu ne sauras pas gérer les capacités de la machine par manque d’expérience lorsque tu feras une erreur. »

Voile perf mais au demeurant confortable et vraiment tranquille, je suis très, très impatient d’essayer cette LITTLE CLOUD Urubu ! A quand Tom la voile de compétition ?

A découvrir ici, les premières images de ceux qui ont déjà eu la chance de l’essayer sont des ambassadeurs fidèles..

horizontal break

Lettre à un ami à propos de la LITTLE CLOUD Gracchio

Tu ne dois pas passer à côté de cette voile très réussie de Tom Bourdeau qui a su faire une voile XC Sport tout en gardant l’esprit LC. Une aile très aboutie. Avant celles-ci, il y a eu la Goose et la Gyps… en guise de laboratoire.

Au sol, par vent très faible, elle clignote des bouts d’aile mais le centre reste en place. Et par vent fort, elle n’arrache pas. Il lui faut de la vitesse et dès qu’elle en a, voile bien tendue, hop et c’est parti pour jouer dans le vent et dépasser les copains 😉

Une voile top quand on aime se balancer dans tous les axes sans presque perdre 1 cm ! Dans le petit vent, on a du plaisir à lui donner de la vitesse et de reprendre l’altitude perdue grâce à sa ressource ! Si on la compare aux voiles B+, c’est sans doute la plus rapide, donc l’outil idéal dans le vent fort en soaring bord de mer.

Elle est, selon moi aussi perf que des voiles comme la Swift ou la Iota 2 (virage à plat, plané, accélération). Avec un plus, elle ne bronche pas en turbulences (déjà comparé en vol avec un autre pilote volant avec une Sigma qui se faisait secouer). Pas aussi facile que la Swift pour centrer le noyau parce que un peu moins d’infos (mais y en a quand même), sans doute aussi que les bouts d’aile sont moins communicatifs en tension. Elle rappelle la MCC Stelvia mais en plus perf et précise. Bref, une voile qu’il faut vraiment essayer, notamment ceux qui recherchent une voile polyvalente rapide, ludique pour faire du soaring et du cross.

Test de la LITTLE CLOUD Gracchio par Pierre Le Gall

horizontal break