Les voiles de NERVURES prennent de l’envergure !

Les voiles de NERVURES prennent de l’envergure !

Rédigé le 11/15/2019
Rene HASLE

Seawing, le cerf-volant automatisé qui tracte les navires

En me rendant sur le stand NERVURES lors de la Coupe Icare, quelle n’a pas été ma surprise lorsque j’ai appris que le concepteur et fabricant de voiles « made in France » s’est vu confié un projet très ambitieux qui soulagera un peu la planète. En effet, AIRSEAS s’est rapproché de NERVURES pour la conception et la fabrication de voiles de kite pour gros bateaux. Baptisée « Seawing », cette voile de kite qui équipera bientôt de nombreux gros bateaux aura pour objectif de réduire d’au moins 20% la consommation de carburant de ces plus gros pollueurs du monde : les porte-conteneurs, vraquiers et ferries.

Changement d’envergure dans la conception des voiles pour NERVURES

Le « petit » constructeur de parapente Nervures (13 salariés et 300 voiles par an), spécialisé dans la conception et la fabrication de voiles pour les sports aériens (parapente, paramoteur, parachutes), a été sollicité par l’entreprise Airseas, une start-up du giron d’Airbus, pour concevoir les voiles qui tracteront les cargos. Il s’agit de voiles de 250 m² à 1 000 m² de superficie !

Airseas s’est rapproché de NERVURES parce qu’ils souhaitaient travailler avec une entreprise régionale. Et comme il n’en existe qu’une seule dans la région qui, de plus est, développe ses propres logiciel de conception DAO, le choix a été très vite arrêté. Le projet est très ambitieux car le partenarait repose aussi sur un accompagnement dans le système de pilotage, de navigation et de déploiement automatique de la voile.

Photo : Airseas

Un projet excitant pour le DG Jean Marie Bernos et son concepteur Pierre Rémy

En prévision, une cinquantaine de bateaux dans les années à venir seront à équiper de ce système d’aile volante et le premier, fin 2020. Nervures n’a donc à peine qu’un an pour mettre au point la première voile. Nervures est aussi impliqué pour l’industrialisation en trouvant la solution pour la fabrication. La robotisation semble compromise. Heureusement pour Nervures, les collectivités locales sont présentes pour accompagner ce projet ambitieux car les premières voiles seront réalisées sous leur tutelle. Des locaux voisins plus grands qui appartiennent à la Communauté de Communes vont être loués à l’entreprise.

Restent encore quelques questions…

Qui se chargera d’effectuer les tests en charge ? Parlera-t’on de suspentes ou de boutes ? Et si le bateau décolle par vent très fort ?

Et le département sports aériens chez NERVURES ? Jean-Marie Bernos nous rassure en nous confiant que ce projet ne modifiera en aucun cas la poursuite de la conception et de la fabrication des parapentes.

Développer les bateaux à voile pour réduire les émissions de CO²

Le secteur du transport maritime, notammentcelui du fret est l’un de ceux qui polluent le plus la planète (90% du transport de marchandises dans le monde s’effectue par le transport maritime). Ce secteur représente à lui seul entre 2% et 3% des émissions totales des gaz à effet de serre. Et comme ce trafic devrait encore augmenter dans les prochaines années (avec une croissance des gaz à effet de serre de 250% d’ici 2050, soit 1/15 de l’empreinte carbone), il est très urgent de trouver des solutions.

AirSeas relance un projet déjà initié depuis 15 ans qui cette fois devrait aboutir grâce à l’automatisation du pilotage

Il y a quinze ans déjà, une société allemande avait lancé ce concept de voile géante. Le projet n’a malheureusement pas abouti car leur système était manuel, nécessitant l’usage de plusieurs personnes pour le manipuler. Ils ont cependant réussi à démontrer à l’échelle réelle qu’une voile peut tracter un très gros bateau. Grâce au savoir-faire des ingénieurs d’Airbus, la société Airseas a donc réussi à reprendre ce concept et à le développer en automatisant le déploiement et le guidage de la voile.

La voile de 1000 m²  est déployée à l’avant du navire automatiquement. Toutes les manipulations de pilotage sont orchestrées par ordinateur. Selon les concepteurs, ce système devrait réduire la consommation de carburant de plus de 20 %. Elle apportera ainsi une première solution au problème des importantes émissions de gaz à effet de serre dans le domaine du transport maritime.

La voile Skysails du groupe Zeppelin en Allemagne

ROCK THE OUTDOOR, la culture parapente